Fêter Thérèse d’Avila !

 

©Auxiliatrices de la Charité

Dans ce monde en feu Thérèse nous dit encore aujourd’hui :
« ce n’est pas le moment de traiter avec Dieu d’affaires de peu d’importance ».

Nous avons essayé de transposer son message, et partant de ce qui nous marque en ce début d’année, nous avons tenté d’écrire un SMS, un mail ou une lettre à Thérèse d’Avila, l’interrogeant d’une manière humoristique sur ce qu’elle dirait aujourd’hui.

©Auxiliatrices de la Charité

Holà Thérèse, tu nous as parlé d’un château aux multiples demeures. Peux-tu nous donner un coup de pouce pour que tous ces migrants qui arrivent trouvent une demeure où sentir accueil, chaleur humaine, lumière, ouverture sur l’avenir. Gracias, hasta pronto.’

 

Thérèse, embrase-nous de l’AMOUR que tu avais pour Jésus.

Comme de bonnes bûches dans un foyer, que nous communiquions autour de nous le feu de l’amour de Jésus notre compagnon de route et la chaleur de sa présence.

Geneviève

 

Holà ‘Thérèse, aujourd’hui le monde est toujours en feu. Un récent article du journal La Croix indiquait que 400 conflits meurtrissent notre monde… Tu as surement entendu des témoignages de la vie reconnue « heureuse » de l’époque du monde arabo-andalou au sud de ton pays…D’accord, il a du être un peu idéalisé, mais quand même c’était une réussite ! On en parle encore ; il y a même un film. Dans notre monde déchiré, aide-nous à ré-inventer un monde de fraternité plurielle qui ait goût du royaume à construire, avec bien sûr, de nombreuses demeures ! Tu as conduit ta réforme… Eh bien suscites donc aux uns et aux autres, à nous tous, d’oser de nouvelles réformes !!

Bien chère Madre Teresa,

On vient encore une fois t’appeler à la rescousse !!

En effet, l’Eglise te reconnait comme « maîtresse d’oraison », et tu insistes à temps et à contretemps pour partir de la Ste humanité du Christ afin de ne pas nous perdre dans les nuages !

©Auxiliatrices de la Charité

A temps et à contretemps…cette question du temps est une question centrale aujourd’hui !

Que se passe-t-il ?

* Avec les téléphones portables, les I phones, les Smartphones,  les tablettes, Internet,

   nous sommes envahis par le « tout, tout de suite »

* On nous rabâche que « time is money » (le temps, c’est de l’argent)

* La télé, les réseaux sociaux abolissent le temps et l’espace….

Alors, quid de l’intériorité ? Quid du temps de contemplation ?

Ça ne s’achète pas, ça ne se vend pas…alors, est-ce utile ???

Nous passons notre temps à courir après le temps et on ne le rattrape jamais !

Conclusion, nous sommes des girouettes, proies de toutes les contre-vérités, des demi-vérités, des fausses informations, du bourrage de crâne, et nous ne savons plus à quel saint se vouer pour orienter notre vie et ne pas se laisser orienter par le dernier qui a causé !

Pourtant, nous sommes de plus en plus à réagir et à penser que nous avons besoin d’autre chose !

  • Regarde les EAP de Bobigny qui prennent une heure et quart d’oraison, ensemble, pour s’arrêter, se taire et contempler
  • Regarde les KTQ qui cherchent un sens à leur vie en dehors de la consommation à outrance
  • Regarde l’ACE, la JOC et l’ACO qui rappellent l’importance de la révision de vie

Aide nous, pour que nous transmettions à tous que c’est important de

  • rendre grâce pour le passé
  • vivre le présent avec passion
  • envisager l’avenir avec espérance

Tu nous a transmis que « si on s’habitue à avoir le Christ près de nous comme un ami, Il ne nous manquera jamais ! Pensez-vous que ce soit peu de chose d’avoir un tel Ami près de vous ? »

Bien fraternellement

La communauté de Bobigny

©Auxiliatrices de la Charité

Thérèse,

La semaine dernière, je me suis un peu perdue dans mon nouveau quartier, plein de travaux et de rues barrées même pour les piétons.

J’avise, un peu devant moi,  une dame avec un grand voile ; je l’ai prise pour une musulmane du quartier et je l’ai rattrapée pour lui demander mon chemin.      

Gentiment elle s’arrête…

Surprise !  C’est une bonne sœur ! (j’ai vu sa croix).

Après quelques mots elle s’exclame : mais je vous  connais ! Vous êtes une de mes cousines ! Je reconnais la croix que vous portez au cou !  Alors ça, c’est super !

Oui, je m’appelle Thérèse…  j’ai vécu à Avila et j’aime bien encore y penser, et me mêler à la vie du monde d’aujourd’hui ! Oh, il faut que je vous raconte une de mes joies récentes, et de plus en plus rares en ce 21e siècle :

Hier j’ai reçu un VRAI courrier ; « oui au 21e siècle beaucoup ne savent plus ce que c’est que recevoir du courrier ; ouvrir la boite aux lettres ? : ils n’y trouvent souvent que de la pub – appel à dépenser même pour l’inutile !   

Pourtant, ouvrir cette boite à lettres,-  y trouver une enveloppe à  mon nom, –  rentrer dans le couloir de la maison et sans plus attendre, ouvrir en déchirant un peu l’enveloppe – sur laquelle l’expéditeur n’a pas mis son adresse,-  comprendre, rien qu’à l’écriture, s’il est en souffrance ou heureux…. si on va apprendre une bonne ou mauvaise nouvelle… et même augmenter la collection de timbres poste. »

Puis elle me dit : je viens de recevoir un mail. Avec le « robot » on peut lire et répondre dans un même mouvement et en plus le correspondant reçoit cette réponse avant  même d’avoir eu le temps de respirer…

Pratique ? Oui dans certains cas, mais je crains que ce siècle de la vitesse vous fasse arriver trop vite là où je suis maintenant !…                                                              

Et la télévision … belle invention qui permet d’être plus en prise avec l’humanité, ses réussites et ses horreurs, ses joies et ses malheurs. Mais elle est aussi des moments de détente, d’évasion… Voilà de quoi vous entretenir  longuement avec Notre Seigneur.

La terre, les humains, les créatures sont un don de Dieu. Savez-vous encore prendre le temps d’admirer, de respecter ces cadeaux ? et d’en donner le goût autour de vous ? Pourquoi toujours aller vite, plus vite encore plus vite ? Avez-vous tant de choses à faire ? Ralentissez, sans attendre d’être essoufflées, admirez ce qui vous est donné. Devant la nature respectée, devant des sourires, des rires, des gestes de partage, prenez le temps de dire « qu’est-ce que c’est beau ! »

Craignez-vous donc que Dieu vous demande si vous avez tout fait bien quand vous le verrez face à face ? Non, Il vous demandera seulement « as-tu aimé ? »      

Françoise

MàJ le 26/10/2017

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *