Fraternité chrétienne des personnes malades et handicapées

En tant que personne handicapée (j’ai eu la polio à l’âge de 18 mois), je participe à la Fédération Chrétienne des Personnes Malades et Handicapées.

Equipe de la Fraternité chrétienne des personnes malades et handicapées

Cette année nous sommes appelés à chercher, à mettre en valeur, les dons que nous nous découvrons mutuellement et ce que ces dons donnent comme fruit.

C’est dans ce but et dans la joie que le 2 novembre nous nous sommes retrouvés autour du thème : « J’ai besoin de toi, j’ai confiance en toi ».

La journée a commencé par le témoignage de Carine :

« Je m’appelle Carine je suis non voyante et hémiplégique, j’ai toujours souhaité m’occuper des petits enfants… C’est pourquoi, il y a quelques années, j’ai fait un stage dans une crèche. J’étais accompagnée par une personne non handicapée… A un moment donné, on m’a donné un bébé dans les bras, grâce à la personne « valide » je m’en suis bien sortie.

Quand j’ai eu le bébé dans les bras, cela m’a interpellée : « Si j’étais une maman ayant un bébé, est-ce que j’accepterai de le confier en toute confiance à une personne ayant mon handicap ? »   La réponse s’est imposée : Effectivement, je ne pourrai pas faire confiance à une personne mal voyante et hémiplégique pour s’occuper de mon enfant… En conséquence je ne peux pas exercer un métier où je devrai porter, soigner un enfant… Cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas me faire confiance, mais ce sera dans d’autre domaine…

Actuellement j’ai pas mal d’activités et je suis heureuse car autour de moi, au foyer, hors du foyer, je participe à plusieurs activités où je suis en confiance, où les personnes me font confiance… »

Puis nous avons débattu, partagé comment nous vivons le fait d’avoir besoin des autres, comment nous faisons confiance et dans quelle condition,

Et ensemble nous avons écrit cette prière….

Sur la croix, tu as porté notre peine et nos blessures.
Toi aussi tu as dû endurer la douleur et le rejet.
Oh, merci pour ta consolation et ton réconfort.
Tu ne nous donnes pas l’explication de ce que nous vivons, mais tu te charges de notre colère, de notre violence, de nos cris. Ta compassion nous touche.
Merci de nous comprendre, de nous soutenir, d’avoir besoin de nous et de nous faire confiance. 

MàJ le 19-11-2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *