Sur les chemins de la Miséricorde

IMG_7780

©Auxiliatrices de la Charité

Envoi lors de la Célébration de la clôture de l’année de la Vie Consacrée (entre guillemets : texte du pape François)

Nous avons rendu grâces au Seigneur pour cette année de la vie consacrée, mais ce n’est pas une fin, un aboutissement, c’est le début d’une nouvelle étape sur le chemin des consacrés et de tous les chrétiens car nous sommes entrés dans l’année du Jubilé de la Miséricorde.

C’est dire que, si souvent, la vie consacrée se situe à contre-courant d’une société qui oublie la solidarité, la fraternité, la justice et la paix, la miséricorde de notre Dieu nous appelle, plus que jamais, à nous faire proches de tous ceux qui sont laissés sur le bord du chemin, car « nul ne peut imposer une limite à l’amour de Dieu qui pardonne ». C’est un appel à nous faire serviteurs « de tout homme quels que soient sa condition, sa misère et ses besoins ».

« Ne tombons pas dans l’indifférence qui humilie, l’habitude qui anesthésie l’âme et empêche de découvrir la nouveauté » car « la Miséricorde n’est pas un signe de faiblesse, mais bien l’expression de la toute puissance de Dieu »

Dans ce moment difficile que nous traversons où la tentation est grande de stigmatiser l’autre différent, où le repli sur soi semble être une marque de sagesse, osons nous situer à contre-courant avec tous ceux qui font le pari d’une fraternité et d’un vivre-ensemble possibles :

« La valeur de la miséricorde dépasse les frontières de l’Eglise. Elle est le lien avec le Judaïsme et l’Islam qui la considèrent comme un des attributs les plus significatifs de Dieu »

Marie, la première en chemin, continue aujourd’hui à nous faire signe dans cette recherche de chemins d’humanité :

« Personne n’a connu, comme Marie, la profondeur du mystère de Dieu fait homme. Sa vie toute entière fut modelée par la présence de la miséricorde faite chair »

Alors, avec vous, que « l’Eglise se fasse la voix de tout homme et de toute femme et répète avec confiance et sans relâche : rappelle-toi, Seigneur ta tendresse, ton Amour qui est de toujours », et nous pourrons vraiment vivre et transmettre « la joie de l’Evangile »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *